Partager sur Facebook

Préparation carburateur Gurtner 12mm pour solex Promotion by Caserio

0 commentaire | 8 065 lectures

Applications possible :

Autopsie et préparation d’un carburateur Gurtner de 103 Peugeot pour un solex promo

La carburation, généralités :

Un carburateur permet le mélange d’un carburant (essence) et d’un comburant (l’air) en utilisant l’effet venturi. En traversant le carburateur, l’air crée une dépression qui aspire l’essence.

Pour bien fonctionner, le moteur demande un mélange composé de 1 gramme d’essence pour 12.5 à 20 grammes d’air, le ratio optimum se trouvant au alentour de 1g d’essence pour 16g d’air. Un mélange de 1g d’essence pour 12.5g d’air est dit riche et un mélange de 1g d’essence pour 20g d’air est dit pauvre.

Du fait de la différence de viscosité entre l’air et l’essence, le mélange doit être adapté à chaque régime. Sans circuit de progression et de ralenti, une carburation correcte à plein régime, sera trop riche à mi-régime et presque imbrûlable au ralenti. C’est pour cela que les carburateurs comportent généralement plusieurs circuits de carburation qui permettent une carburation a peu près constante à chaque régime. C’est l’automaticité.

Fonctionnement du carburateur Gurtner 12mm pour 103 Peugeot :

Le carburateur Gurtner de diamètre 12mm qui équipait les 103 Peugeot parait très simple pourtant, il comporte tout de même les 4 circuits de carburation nécessaire à un fonctionnement correct.

Les différents circuit de carburation.

1-Le circuit de ralenti :

Au ralenti, la dépression n’est pas assez forte pour diffuser correctement l’essence à travers le diffuseur. L’essence gicle donc dans le venturi par l’orifice de ralenti après être passé par un orifice se trouvant dans le diffuseur. Le débit d’air est lui réglé par la hauteur du boisseau grâce à la vis de buté.

2-Le circuit de progression :

Jusqu’à la moitié de la levée du boisseau, la dépression n’est pas encore capable de faire fonctionner correctement le diffuseur. Un second orifice qui se trouve devant le boisseau permet un giclage de l’essence qui transite par le diffuseur.

3-Le circuit à pleine levée :

Lorsque le boisseau a dépassé la moitié de sa course, l’essence gicle par le diffuseur. Notez bien qu’a ce moment, les circuits de ralenti, de progression et de pleine levée fonctionnent simultanément.

4-Particularité du démarrage à froid : Le circuit de starter.
Lorsque le moteur est froid, l’essence se mélange mal à l’air. Pour permettre au moteur de démarrer un volet permet de masquer le venturi coté filtre à air ce qui a pour effet d’enrichir le mélange. Pour qu’il y ait tout de même un peu d’air, un conduit relie la boite à air au venturi. Le circuit de starter n’a normalement pas à être utilisé lorsque le moteur est chaud.

Autopsie…

Pour illustrer ces dessins, j’ai découpé 2 carburateurs réformés. Notez bien que ces 2 carburateurs ne date pas de la même année. Ils ne sont pas exactement identiques.

1 -Conduit d’air du circuit d’émulsion.
Pour bien fonctionner, ce carburateur a besoin d’un apport d’air dans le diffuseur. Cet apport est réalisé par le conduit n°1 et le trou n°9 qui se trouve entre le gicleur principal et le diffuseur.

2- Emplacement du gicleur principal.
Le gicleur principal règle le débit d’essence maximum, c’est à dire lorsque le boisseau est à pleine ouverture et donc le moteur à son régime maxi. Il n’a pas d’influence direct sur la carburation au ralenti et à mi-ouverture du boisseau car sur ces circuits, il n’est pas le plus limitant.

3- Emplacement de la vis de réglage de la butée de boisseau (réglage du régime de ralenti).
La vis de butée de boisseau, comme son nom l’indique, règle la position du boisseau au repos. C’est grâce à elle que se règle la dépression au ralenti.

4- Guide de la tige du flotteur.
Le flotteur est guidé dans sa cuve par ce guide dans lequel coulisse sa partie inférieur. Le guide est suffisamment long pour permettre une modification de la hauteur du flotteur.

5- Conduit d’air du circuit de starter.
Cette conduite d’air entre filtre à air et venturi permet le passage de l’air lorsque le volet de starter ferme le venturi.

6- Diffuseur.
Le diffuseur se trouve entre le gicleur principal et le venturi. C’est lui qui va permettre la donne diffusion du mélange dans l’air qui traverse le venturi. Sur ce carbu, il n’est pas facilement démontable.

7- Orifice de giclage du circuit de ralenti.
Cet orifice commande le débit du carburant au régime de ralenti.

8- Conduit de trop plein de la cuve.
Ce conduit est une sécurité en cas de mauvaise étanchéité du pointeau. Si le niveau de la cuve dépasse sa valeur maxi (équivalente au niveau du diffuseur), le carburant est éjecté du carburateur. Cela permet d’éviter l’engorgement du carburateur et le remplissage du moteur en essence en cas d’arrêt prolongé. Notez bien que tout ceci n’est valable que si le carburateur reste dans la position prévue initialement, c’est à dire à l’horizontal.

9- Orifice d’émulsion.
Pour bien diffuser le carburant via le diffuseur un apport d’air est nécessaire. C’est le rôle de cet orifice. Sa présence est primordiale surtout au bas et moyens régimes.

10- Orifice de giclage du circuit de progression.
A mi-ouverture du boisseau, la dépression n’est pas suffisante dans le carbu pour faire fonctionner le diffuseur. Cet orifice, plus gros que l’orifice du giclage de ralenti permet un fonctionnement à mi-régime.

Les réglages…

Le réglage de carburation se fait principalement en modifiant le diamètre du gicleur soit en réalésant des gicleurs d’origines soit en fabriquant un gicleur réglable. Seul problème, le gicleur principal n’a d’influence que sur la carburation à pleine charge. Pour modifier le circuit de ralenti et le circuit de progression, il ne reste que la coupe du boisseau et le hauteur du flotteur.

Note : Vu la taille des conduits de ralenti et de progression, il vaut mieux être sûr qu’ils ne soient pas bouchés avant de tenter un réglage. Pour cela cous pouvez tremper le corps du carbu dans du vinaigre d’alcool ou du jus de citron filtré et chaud, utiliser une produit spécifique de nettoyage carbu ou passer le carbu dans un bac à ultrason.

Fabriquer un gicleur réglable :
Comme pour un gicleur d’origine solex, le gicleur sera rendu réglable pas l’utilisation d’une vis pointeau. Cette modification est rendu un peu plus difficile car avant le réalésage, il faudra trouver le moyen d’éjecter la bille d’acier qui se trouve sur le gicleur et que la taille du gicleur ne permet pas un taraudage supérieur à M2 sans risque de casse.

Modifier le hauteur du flotteur :
Pour cela il y a plusieurs possibilités. Soit déplacer le flotteur par rapport au pointeau, soit modifier la hauteur du couvercle de la cuve.
Pour modifier la hauteur du flotteur, on peut se procurer un vieux flotteur en métal, dessouder le pointeau et le ressouder au fer et a l’étain/plomb une fois mis dans la position souhaitée.
Pour modifier la hauteur du couvercle de cuve, on peut ajouter un joint supplémentaire ou le retirer.

Modifier la coupe du boisseau :
La coupe du boisseau n’a d’influence que dans les premiers millimètres de levé du boisseau (de 0 à ¼) . Si on augmente la coupe, on appauvri la carburation.

Exemple de modification d’un carbu Gurtner de 103 pour un solex promo…

Sur cet exemple réalisé par Debecos, on peut voir plusieurs modifications qui visent à accroître la fiabilité et la plage de réglage de la carburation.

Pour la fiabilité :
La tringlerie d’origine a été remplacée par une commande directe du boisseau et un support de filtre cornet a été vissée sur le corps du carbu pour remplacer le filtre d’origine. Notez que cette modification a nécessité la suppression totale du circuit de starter et que ce support de filtre a été percé de manière à faire déboucher le circuit d’air du diffuseur (n°1 sur les coupes de carbu).
De plus, le couvercle de cuve a été profondément modifié pour supprimer la partie filtre à essence et agrandir l’évent de la cuve.

Pour les réglages :
Un gicleur variable a été réalisé. Pour pouvoir augmenter le niveau d’essence dans la cuve à flotteur, le trou de trop plein de la cuve a été bouché et un joint a été ajouté sous le couvercle de la cuve du carbu afin de rehausser le niveau du flotteur.

Merci à Stéphane, Crusty et Debecos pour leurs avis.
Casério.




publié le 9 septembre 2007 par Casério dans Préparation

Laisse ton commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.

CHAUMONT LIVE - 2014

SPONSORS

Nuage de mots clef

Derniers commentaires des articles

Souscrivez aux flux Solex Compétition RSS Feeds

Soyez averti en temps réel de l'actualité du Sport Mécanique Solex via nos flux RSS ou ajoutez le flux à votre lecteur favori.

Aspect légal des marques citées

Les marques Solex et Vélosolex sont la propriété de la société Sinbar, site officiel de la marque Solex : www.e-solex.fr

Avertissements

Toutes les modifications des matériels d'origine ne sont pas autorisées sur la route.